A température identique, il fait “plus froid” à vélo qu’à pied !

En fonction de la vitesse à laquelle vous livrez vos sushis, votre sensation du froid ambiant est plus importante que celle d’un piéton. Ainsi, pour une température donnée, le froid ressenti sera inférieur de plusieurs degrés ! Exemple : pour une température sous abri de 0°, un cycliste qui roule à 20 km/h ressent une sensation de froid de -5° ! En temps normal, la fine couche d’air entre la peau et les vêtements est suffisante pour compenser les effets de ce que l’on appelle le “refroidissement éolien” mais par temps froid, comme celui qui sévit actuellement, il est indispensable de s’équiper en conséquence.

Livrer au chaud à vélo l’hiver : la stratégie des trois couches

La superposition de trois couches de vêtements techniques est une approche qui a fait ses preuves. L’objectif est d’isoler le corps, évacuer la transpiration et enfin conserver la chaleur:

  1. Un sous-vêtement respirant, de préférence à manches longues, il agit comme une seconde peau et favorise l’évacuation de la transpiration. Plutôt près du corps, la plupart des sous-vêtements techniques en fibres textiles synthétiques sont fabriqués à base de polyester, matière connue pour sa bonne capacité d’évacuation de l’humidité. Ainsi vous resterez au sec pendant votre shift.
  2. Un vêtement isolant source de chaleur comme une polaire par exemple, plus ou moins épaisse en fonction de la température et qui aura l’avantage de vous protéger du froid même si elle est humide.
  3. Enfin, un blouson coupe-vent et imperméable qui vous protégera des intempéries. L’équipement proposé par les plateformes, parfois élaboré avec des équipementiers spécialisés dans le vélo, n’est d’ailleurs pas à négliger.

Des hauts et des bas: l’équipement indispensable

Pour le bas, le cuissard long reste classique et d’une efficacité avérée pour faire du vélo l’hiver, un collant de jogging sous un jean fera aussi l’affaire pour ceux qui veulent rester “stylés”… Reste à protéger les points sensibles par temps froids : tête, doigts et orteils. Sous le casque (conseillé nous vous le rappelons) un bonnet plus ou moins épais sans qu’il soit gênant. Aux mains, des gants avec éventuellement des sous-gants en soie et enfin, aux pieds, des chaussettes techniques en fibre coolmax ou en laine.