Depuis 2014, Christophe Najdovski est Maire-adjoint de Paris en charge des transports, des déplacements, de la voirie et des espaces publics. Elu écologiste, né dans le 20ème, il a fait de la mobilité son principal combat avec comme objectif la  reconquête de l’espace public au profit des piétons et l’accroissement des circulations douces. Au sein de l’équipe municipale, il veut faire de Paris la « Capitale du vélo ». Parmi les utilisateurs réguliers de ce mode de transport on trouve les coursiers à vélo, très reconnaissables dans les rues parisiennes aux heures des repas notamment.

Dans un long entretien exclusif pour le site LCF, Christophe Najdovski détaille ses ambitions et évoque la situation particulière des livreurs à vélo.

Parmi les utilisateurs du vélo à Paris, les plus visibles à l’heure du déjeuner ou du dîner sont les livreurs des principales plateformes de livraison de repas à domicile. On trouve aussi des coursiers plus “traditionnels” qui livrent plis et paquets dans ce que l’on appelle “le dernier kilomètre”. Quelle est votre appréciation sur ce secteur d’activité ? Le principe de la livraison à vélo, en mode doux, est-il contributif à l’objectif de désengorgement que vous vous fixez ?

Christophe Najdovski : Vous savez comme moi que le vélo est le mode de déplacement le plus efficace à bien des égards : rapide, silencieux, non polluant, économique et peu encombrant, il est un levier puissant d’amélioration du cadre de vie parisien. Il concourt à l’apaisement de la vie en ville par une diminution des nuisances générées par les circulations motorisées (bruit, pollution, congestion).

Zacharie, coursier à La Rochelle
Un coursier UberEats à La Rochelle

La logistique urbaine, et notamment l’acheminement du dernier kilomètre, est un exemple intéressant d’activité où le vélo peut occuper une place d’avenir. Traditionnellement assurées par des véhicules utilitaires polluants, les livraisons peuvent aujourd’hui être réalisées par des coursiers à vélo. Au regard des externalités négatives qui pèsent sur la collectivité et qui sont générées par ces myriades de camionnettes et de scooters, c’est incontestablement une évolution que j’appelle de mes vœux. À condition de ne pas être naïf ! Il s’agit pour cela d’offrir un cadre juridique visant à réguler ces activités qui précarisent les coursiers qui travaillent pour les plateformes de livraisons de repas à domicile ou de e-commerce. Face aux horaires hyper flexibles, à l’absence de protection sociale, nous appelons à la prescription de règles environnementales et sociales. Je suis donc pour une régulation plus forte, contre le laisser-faire qui nuit aux droits des salariés et à l’environnement. Et mettre en place des systèmes vertueux est possible, comme le prouvent les expériences de la coopérative Olvo ou les artisans qui font partie des Boîtes à vélo !

De plus en plus de Parisiens utilisent le vélo – privatif ou en libre-service – pour aller travailler. C’est le développement du “vélotaf”. Dans votre réflexion, portez-vous un regard spécifique sur cette utilisation du vélo ?

C.N. : Tout à fait ! Les chiffres en attestent puisqu’on observe quotidiennement, à nos différents points de comptage disposés à Paris, des pics de fréquentation de cyclistes aux heures de pointe ! Sur le Boulevard Voltaire, ce sont jusqu’à 630 cyclistes aux heures de pointe, et les pistes ne sont même pas terminées. Il en va de même pour les Vélib’ dont la pratique privilégiée pour les mobilités professionnelles. On observe dans la fréquentation des pistes cyclables les mêmes évolutions que lorsque l’on compte les voitures : elle atteint un pic pendant les heures de pointe et baisse lors des vacances scolaires. C’est une preuve supplémentaire que le vélo est bien un outil de travail. Personnellement, je trouve cette dynamique salutaire et je me réjouis de voir des Parisiens et Franciliens toujours plus nombreux à choisir ce mode de déplacement pour se rendre au travail. C’est le signe d’une politique municipale qui va dans le bon sens. Et au-delà des aménagements cyclables, nos actions sont nombreuses en faveur du vélo. Nous proposons ainsi des dispositifs d’aide pour accompagner le développement de la pratique cycliste : la Ville prévoit jusqu’à 400€ de subvention pour l’achat d’un vélo à assistance électrique et près de 600€ aux particuliers voire 1200€ aux professionnels pour un triporteur ou vélo-cargo. Car la culture cycliste est foisonnante et le « vélo-taff » se décline au pluriel. Ainsi les vélos-cargos offrent la possibilité aux professionnels de changer leur mode de déplacement et d’adapter leur outil de travail à l’environnement urbain. Plomberie, ébénisterie, logistique urbaine, food-truck, les possibilités d’appropriation sont multiples pour les professionnels dont nous encourageons la mise en selle !

Au-delà des aides à l’achat, nous favorisons également la rencontre entre différents acteurs des mobilités. J’ai par exemple réunis l’été dernier professionnels de la logistique, du vélo, de l’urbanisme et du vélo-cargo, afin que chacun puisse se rencontrer, échanger, exposer ses contraintes et ses idées. À travers ce type d’action, nous encourageons les synergies entre professionnels, le développement d’une culture cyclable à Paris, qui sera à terme ancrée dans les mœurs parisiennes.

L'adjoint au Maire de Paris Christophe Nadjovski sur son vélo
Ça roule pour Christophe Nadjovski

Vous souhaitez faire de Paris une grande Capitale du vélo. Pour y parvenir quelle est votre stratégie, les moyens associés et le calendrier que vous vous fixez ?

C.N. : Faire de Paris une capitale des mobilités actives, tel est le fer de lance de notre politique. Il incombe pour cela de penser un meilleur partage de l’espace public. A Paris, plus de 50% de la chaussée est occupée par des voitures et deux roues motorisés alors que ces modes de déplacements ne représentent que 13% de l’ensemble des déplacements parisiens… L’urgence du changement est d’autant plus forte que nous connaissons aujourd’hui l’impact néfaste que fait peser la circulation motorisée sur la santé publique : 48 000 décès sont imputés en France à la pollution atmosphérique chaque année, le secteur des transports en est l’un des principaux contributeurs. Pour les vélos nos efforts se poursuivent donc, et à vive allure. Le Plan Vélo parisien (2015-2020) a été voté à l’unanimité par les élus du Conseil de Paris en avril 2015. Il comprend plusieurs axes, dont le développement d’infrastructures confortables, continues et sécurisées, mais aussi le stationnement, le soutien aux associations qui font vivre la culture vélo, le soutien au développement du vélotourisme… Pour cela, il fait l’objet d’un budget inédit de près de 150 millions d’euros. Aujourd’hui, son déploiement est sur la bonne voie… et les travaux s’accélèrent à diverses fins. Garantir la sécurité des usagers, permettre la rapidité et le confort des déplacements cyclables d’abord.

Carte du plan vélo à Paris
Le plan vélo (agrandir) – Source : site internet Mairie de Paris

Nos objectifs sont simples : sur les grands axes, nous proposons des aménagements cyclables séparés et protégés permettant aux usagers d’aller vite. Dans les quartiers, nous contribuons à l’apaisement du trafic par la généralisation des zones 30 et l’installation de double-sens cyclable, afin d’assurer la cohabitation de tous les usagers sur la chaussée. En 2018, nous avons livré de nombreuses pistes cyclables dont certaines du REVe (Réseau Express Vélo) qui permettra le maillage de la capitale d’Est en Ouest et du Nord au Sud, ainsi que le long des rives de la Seine. Rue de Rivoli, voie Georges Pompidou, Boulevard Voltaire, avenue de Flandres, avenue des Champs Élysées, partout l’espace public est mieux partagé au profit des déplacements à vélo. Et partout les coups de pédales, toujours plus nombreux, attestent du succès de ces réalisations et d’un projet politique qui correspond aux attentes des habitants.

En ce qui concerne l’offre de stationnement vélos, les réalisations sont nombreuses et les associations cyclistes saluent elles aussi nos efforts. L’objectif du Plan Vélo de 10 000 nouvelles places sur voirie est dépassé ! Forts de ce succès, nous nous attelons maintenant à la mise à disposition de vélo-box, des abris vélos sécurisés posés sur des places de stationnement et destinés au stationnement résidentiel. Afin de combiner les modes de déplacement et favoriser l’intermodalité, nous investissons également dans la réalisation de parkings sécurisés à proximité des grandes gares parisiennes. Ainsi, une première tranche de 600 places à la gare Montparnasse et 300 places à la gare de Lyon seront inaugurées d’ici la fin de l’année.

Le Vélib’ est lui aussi de nouveau en selle et les Parisiens profiteront d’ici mars de la remise en service de l’intégralité des 1 400 stations à l’échelle métropolitaine. Après quelques difficultés, le service est aujourd’hui à flot ; l’objectif est maintenant d’assurer un service de qualité à tous les Métropolitains. L’arrivée du Vélib’ électrique est d’ailleurs un signe de cette volonté : il permet en effet l’extension des courses et offre l’opportunité aux Grands Parisiens de profiter de nos aménagements, ce qui s’inscrit pleinement dans notre projet en faveur des mobilités inclusives.

L’année passée a indéniablement été l’année du Vélo à Paris. Et nous nous sommes donnés pour cela les moyens de nos ambitions, avec, en interne, la création d’une équipe dédiée au sein de la Direction de la voirie et des déplacements, dont la mission est de coordonner les actions en faveur du vélo à l’échelle parisienne. Repenser la place des vélos dans la ville ne profite pourtant pas qu’aux seuls cyclistes. Bien au contraire, la politique cyclable est un choix de ville et un choix de vie, celui d’une vie plus douce dans une ville plus respirable. L’objectif est celui d’une transition à la fois soutenable du point de vue écologique et souhaitable du point de vue social. La place croissante réservée au stationnement vélo en amont des passages piéton, dégageant de la visibilité, contribue ainsi à sécuriser les traversées piétonnes. Vous le voyez, penser vélo c’est finalement penser à tous !

Avez-vous une anecdote ou un témoignage à rapporter en lien avec les coursiers à vélo ?

C.N. : Hum… À défaut d’une anecdote… Laissez-moi vous suggérer un bon plan dont j’ai entendu parler dernièrement et qui témoigne du foisonnement des initiatives portées par les cyclistes. Il s’agit du plus grand déménagement à vélo d’Europe qui a eu lieu la semaine dernière* ! Pour les curieux, les images de l’événement sont à découvrir sur les comptes Instagram de l’agence Pixellis, la nouvelle locataire, et de l’association Carton Plein, spécialisée dans les déménagements à vélo et le réemploi de cartons. Pas de doutes, le vélo ça cartonne !

*du 28 janvier au 2 février 2019

Christophe Najdovski, Maire-adjoint de Paris : « il faut réguler l’activité de coursier à vélo »
4.6 (92%) 15 vote[s]
Catégories : Interview

✅ Infos? Villes et primes

En vous inscrivant chez Deliveroo via le lien de LCF vous toucherez un bonus allant de 30 à 200€ selon votre ville. Seule condition: effectuer le minimum de courses requis dans le temps imparti dans votre ville.

Nous vous conseillons de prendre contact avec nous à l'issue de votre inscription ou lorsque vous aurez effectué le nombre de courses requis afin d'être certain de débloquer le bonus.

Vous trouverez les montants des bonus par ville dans l'onglet "Villes et primes". Les villes et montants peuvent potentiellement changer chaque mois et nous les mettons à jour régulièrement.

Vous pouvez trouver directement votre ville en l'inscrivant dans le champ de recherche.

VillesMontant bonusConditions
Annecy200€Effectuer 40 courses dans la ville d'inscription, sur les pics du vendredi au dimanche soir de 19h à 22h, sous 1 mois.
Bordeaux, Lille-Roubaix-Tourcoing, Lyon30€Effectuer 40 courses dans la ville d'inscription, sur les pics du vendredi au dimanche soir de 19h à 22h, sous 1 mois.
Marseille, Paris30€Effectuer 100 courses dans la ville d'inscription, sous 3 semaines.
Strasbourg, Toulouse50€Effectuer 100 courses dans la ville d'inscription, sous 3 semaines.
Amiens, Angers, Brest, Grenoble, La Rochelle, Le Mans, Montpellier, Nice, Orléans, Poitiers, Reims, Rennes, Rouen, Tours, Troyes30€Effectuer 80 courses dans la ville d'inscription, sous 1 mois.
Avignon, Besançon, Caen, Clermont-Ferrand, Dijon, Le Havre, Metz, Mulhouse, Nantes, Saint-Etienne50€Effectuer 80 courses dans la ville d'inscription, sous 1 mois.
Nancy100€Effectuer 80 courses dans la ville d'inscription, sous 1 mois.
Nimes, Toulon30€Effectuer 40 courses dans la ville d'inscription, sous 1 mois.
Aix en Provence, Cannes, Perpignan50€Effectuer 40 courses dans la ville d'inscription, sous 1 mois.
Limoges, Pau100€Effectuer 40 courses dans la ville d'inscription, sous 1 mois.
Albi, Bayonne/Anglet200€Effectuer 40 courses dans la ville d'inscription, sous 1 mois.

✍ S'inscrire⭐ Vos bonus

Pour toute inscription via lescoursiersfrancais.fr

  • Inscription Uber Eats: 50€ de bonus après 50 courses.
  • Inscription Frichti: 50€ de bonus après 100 courses*.
  • Inscription Nestor: 25€ de bonus après 10 shifts.
  • Inscription Deliveroo: Entre 30 et 200€ de bonus sous conditions selon votre ville.
  • Inscription Stuart, You2You: Pas de bonus pour le moment. LCF se tient à votre disposition si vous avez la moindre question suite à votre inscription.

* Les shifts étant organisés par tournées (grand nombre de courses), le bonus peut être débloqué rapidement