17€/heure + 2€ par livraison ? C’est possible avec K-Ryole ! Consulter l’offre

Coursier à vélo: une histoire de statut
L’annonce de la requalification d’un ancien micro-entrepreneur coursier à vélo en salarié par la cour de cassation ce jeudi 28 novembre a créé un électrochoc chez les livreurs. Dans le souci de vous livrer une photographie à un instant T, nous avons interrogé les coursiers du groupe LCF en les invitant à réagir à cette actualité.

Le coursier de demain: salarié ou micro-entrepreneur ?

La tendance allait à la conservation du statut micro-entrepreneur hier soir, sur la centaine de retours que nous avons eu suite aux questions posées dans notre groupe Facebook.

Capture d'un sondage "coursier à vélo: micro-entrepreneur ou salarié ?"

Capture d’un sondage « coursier à vélo: micro-entrepreneur ou salarié ? »

Les divers avis laissés en commentaires par les coursiers à vélo nous ont permis de concevoir une infographie représentative de la situation. Nous la partageons avec vous ci-dessous.

Infographie - Quel statut pour les coursiers à vélo ? Salarié ou micro-entrepreneur ?

 

Garder le statut micro-entrepreneur… sous certaines conditions

Une volonté d’avoir des relations plus humaines

Au delà du débat sur la nature de leurs contrats, certains coursiers pointent du doigt les relations souvent aseptisées qu’ils entretiennent avec les plateformes de livraison.  En effet, celles-ci ne passent que par l’application mobile qu’ils utilisent pour recevoir des commandes. « On ne sait pas vraiment avec qui on collabore » entend-on dans les diverses discussions entre livreurs.

Des charges trop élevées

Il s’agit finalement du point qui semble poser le plus problème chez les coursiers à vélo. Si ils ne sont pas tous aussi négatifs qu’on pourrait le croire envers le statut micro-entrepreneur, ils sont quasiment unanimes pour dire que les charges sociales qu’ils ont à régler sont trop importantes.  En effet, un livreur, à moins de bénéficier de l’ACCRE, est soumis au taux des « prestations de services commerciales ou artisanales », qui est de 22% en 2018. A ces charges s’ajoutent un impôt sur le revenu dont il faut s’acquitter chaque année, ainsi que la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) qui reste encore à régler pour certains en cette fin d’année.

Un marché pas encore stable

D’une manière générale, il faut également rappeler que le marché n’est pas encore mature. Les entreprises foodtech et autres que sont Uber Eats, Stuart, Frichti, Deliveroo, Nestor, ou You2You n’ont pas encore atteint leur équilibre. Preuve en est, le récent retrait de Foodora du marché français et celui plus ancien de la plateforme Take Eat Easy (TEE). Le modèle optimal est encore en construction, et des mutations sont à prévoir dans les prochaines années, en marge du débat actuel.

Qui sont les coursiers d’aujourd’hui ?

Le corps social des coursiers a également évolué. Au départ, il regroupait une petite communauté passionnée de vélo. Le métier se voulait un peu « élitiste », et réservé aux férus d’adrénaline. TEE symbolisait cette philosophie.

Aujourd’hui, il s’agit en grande majorité d’une population nouvelle qui cherche juste à gagner de l’argent avec une activité qui ne demande pas une grande formation initiale. Les véritables passionnés sont encore présents, mais ils se noient dans cette masse. Certains d’entre eux ont d’ailleurs rejoint des entreprises telles que coursier.fr, qui elles recrutent…en CDI.

Il s’agit d’ailleurs d’un argument qui revient de temps à autre dans le débat: Il est possible d’être salarié tout en étant coursier à vélo, avec certaines entreprises. Dès lors, pourquoi vouloir à tout prix la mise en place d’un modèle unique ? La question revient souvent.

Continuer sur la base des acquis

Il faut également rappeler que des efforts ont été fait ces derniers temps, en matière de couverture d’assurance notamment. En effet, la majorité des entreprises proposent désormais une couverture sociale à leurs livreurs,  ce qui est déjà un progrès notable.

Certaines d’entre elles les accompagnent aussi en leur proposant un accès premium gratuit à des formations qualifiantes, en partenariat avec des structures comme Open Classroom.

Toujours est-il que la décision de justice qui vient d’être prise a rallumé la mèche, et nous ne sommes qu’à l’aube du débat qui s’est installé dans ces dernières 24 heures.

Coursier à vélo: salarié ou micro-entrepreneur ?
5 (100%) 2 votes

 

Catégories : Actu